ASSE 2–0 OL: la Panthère mange du Lyon !
 
Survoltés, sublimés et tout simplement supérieurs. Les Verts ont remporté le 114e derby de l’histoire après un match magnifique. Pleins d’envie, d’énergie et de volonté, les hommes de Christophe Galtier n’ont pas permis à l’OL d’y croire une seule seconde.
 
5 fév. 2017
 
Survoltés, sublimés et tout simplement supérieurs. Les Verts ont remporté le 114e derby de l’histoire après un match magnifique. Pleins d’envie, d’énergie et de volonté, les hommes de Christophe Galtier n’ont pas permis à l’OL d’y croire une seule seconde.
 
Dix-huit années au club, une majorité en Vert, et un parcours exemplaire sous le maillot stéphanois. A sa sortie des vestiaires, aux alentours de 20h20, Jessy Moulin a certainement repensé à son arrivée à L’Etrat, à ses années de formation,à son apprentissage de l’ASSE en définitive. A 31 ans, Jessy Moulin, ce Stéphanois né ailleurs, vivait son premier derby, ce match si particulier, qui fait se lever la ville un peu plus tôt, même un dimanche matin. Ce 5 février restera dans les mémoires et les yeux, même remplis de sommeil, se fermeront avec les pupilles biens légères. 43 matches remportés, 3 victoires consécutives dans le Chaudron : le derby est Vert de bonheur !
 
Pour défier l’OL, Vincent Pajot retrouvait une place titulaire aux côtés de Jordan Veretout et Henri Saivet, de retour de la CAN alors qu'Alexander Södelrund, héros du dernier derby à Geoffroy-Guichard, menait l'attaque.
 
Puisqu’un derby ne connaît pas de favori, et que toute prétendue supériorité s’annihile dès le coup d’envoi de ce match entre voisins, le plan de jeu est déterminant. Celui de Christophe Galtier, parfait pour contrer les phase de possessions lyonnaises, portait ses fruits dès la 9e minute. Etouffés dans leur camp, les Lyonnais étaient pris au piège, sans solutions au cœur de l’étau stéphanois. Mammana se trompait dans sa relance et trouvait involontairement Söderlund. Puis, après un relais d'Henri Saivet, Kévin Monnet-Paquet s’offrait le premier but de la rencontre d’une frappe entre les jambes d’Anthony Lopes (ASSE 1-0 OL, 9e). La tribune Jean-Snella avait à peine le temps de retrouver ses esprits que le premier buteur de la soirée était proche de signer un doublé, sur un une-deux rapide avec Romain Hamouma (15e). KMP et Romain Hamouma assomment l'OL, Jessy Moulin repousse tout
 
Si Tolisso avait trouvé la barre après un centre de Fekir (13e), on ne voyait que du Vert. L’OL disputait un match. Les Verts, eux, disputaient un derby. Lopes devait s’employer pour sortir une tête de Loïc Perrin (21e) mais le portier lyonnais était ldevancé par Romain Hamouma qui l’effaçait d'un crochet avant de conclure dans le but vide (ASSE 2-0 OL, 22e).
 
Alexander Söderlund tentait ensuite une reprise de volée en pleine surface (31e). Puis, Vincent Pajot expédiait une tête dans les bras de Lopes (41e). A l’image de Fekir, qui perdait ses nerfs et récoltait un carton jaune pour des contestations répétées, les Lyonnais étaient hors du coup, dominés en qualité, envie et efficacité par des Stéphanois sublimés par la grandeur du rendez-vous.
 
La conquête du ballon dans le camp lyonnais avait été la clé de la première mi-temps parfaite des Verts. Gloire était rendue à Kévin Monnet-Paquet, dont le volume de jeu n’est pas toujours assez souligné. Son but avait lancé les Stéphanois et son apport en phase défensive définitivement décomplexé ses coéquipiers. L’OL revenait des vestiaires avec l’énergie du désespoir et l’entrée de Ghezzal, auteur d’une frappe (47e) avant de sortir de son (court) match en récoltant deux cartons jaunes synonymes d’expulsion (90e+2), n’y changeait rien. Même sentence pour Tolisso, décidé à ne pas voir son équipe s’embourber dans le gazon stéphanois qu’il tondait de ses crampons très haut sur la jambe de Fabien Lemoine (90e+3).
 
Si Lyon perdait ses nerfs, l’ASSE, elle, gagnait son combat après avoir dominé tous les rounds d’un combat de boxe où les poings ne furent sortis que d’un côté. Jessy Moulin, 18 ans en Vert, souhaitait la bienvenue à Memphis (54e) avant de sortir une tentative de Valbuena (71e). Le portier formé au club, heureux comme un gamin au coup de sifflet final, signait un clean sheet dans le derby. Il en avait rêvé. On jurerait même qu’il en a peu dormi, la nuit dernière. Comme pour beaucoup d’autres Stéphanois, le sommeil viendra plus rapidement, ce dimanche.
 
Ligue 1
23e journée
 
Au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne, 37029 spectateurs
ASSE 2–0 OL
 
Mi-temps : 2-0
Arbitre : Tony Chapron
 
Buts : Monnet-Paquet (9e), Hamouma (23e) pour l’ASSE
 
Avertissements : Söderlund (69e), Pajot (75e) pour l’ASSE ; Fekir (43e), Lacazette (61e), Ghezzal (86e) pour l’OL
 
Expulsion : Ghezzal (90e+2), Tolisso (90e+3) pour l’OL
 
ASSE : Moulin – Théophile-Catherine, Pogba, Perirn (C) – Pajot (puis Selnaes, 76e), Saivet, Veretout, Hamouma (puis Lemoine, 87e), Malcuit – Söderlund, Monnet-Paquet (puis Roux, 75e). Entraîneur : Christophe Galtier.
 
OL : Lopes – Morel, Yanga Mbiwa, Mammana, Jallet – Gonalons (C), Darder (puis Ferri, 81e), Tolisso – Memphis (puis Valbuena, 65e), Lacazette, Fékir (puis Ghezzal, 46e). Entraîneur : Bruno Génésio.

Retour à l'accueil