Metz 0-0 ASSE: contre mauvaise fortune, gros cœur !

 

Au courage, les Stéphanois sont allés chercher le point du nul sur la pelouse de Saint-Symphorien. Réduits à dix après une demi-heure de jeu, les hommes de Christophe Galtier ont trouvé les ressources nécessaires pour prolonger leur série d’invincibilité.

 

6 nov. 2016

 

Après l’Azerbaïdjan et un succès européen de grande importance face à Qäbälä (2-1), Christophe Galtier et son groupe étaient encore en voyage, ce dimanche, pour un déplacement à Metz, promu en Ligue 1 cette saison. Une rencontre aux dynamiques opposées. D'un côté, des Messin battus lors de leurs 4 derniers matches en Championnat. De l'autre, des Stéphanois invaincus en 5 matches (3 victoires, 2 nuls). Ce classique de Ligue 1 livrait là sa 95e représentation et les Verts retrouvaient un adversaire qu’ils apprécient, eux qui n’ont plus perdu face aux Grenats depuis 2001 (6 victoires, 4 nuls), et qu’ils ont souvent dominé dans la riche histoire des deux clubs (53 victoires et seulement 19 défaite). Cette invincibilité restera d'actualité ce dimanche soir, sauvée par des Verts courageux, qui sont allés chercher au fond d’eux-mêmes l’énergie nécessaire pour ne pas chuter en Moselle. Avec 3 victoires et autant de nuls lors des 6 derniers matches, ils ont démontré que les points s’obtiennent aussi à l’état d’esprit.

Privé de son buteur Robert Beric, touché à Bakou, Christophe Galtier faisait confiance à Nolan Roux pour suppléer le Slovène à la pointe de l’attaque. Très en vue cette semaine en coupe d’Europe, Oussama Tannane était une nouvelle fois aligné, alors qu’Arnaud Nordin débutait sa deuxième rencontre parmi l’élite, lui qui avait réussi de grands débuts en Ligue 1 face au LOSC (3-1). Seul Ole Selnaes bénéficiait de repos dans le cœur du jeu. Vincent Pajot accompagnait Henri Saivet et Jordan Veretout au milieu de terrain. Léo Lacroix, lui, retrouvait une place dans l’axe de la défense en compagnie du capitaine Loïc Perrin, à la gauche duquel Cheikh M’Bengue enchaînait une deuxième titularisation cette semaine. A droite, Kévin Théophile-Catherine était préféré à Kévin Malcuit.

Même s’ils retrouvaient Benoît Assou-Ekotto, Renaud Cohade et Mevlüt Erding, les Verts n’arrivaient pas en terrain conquis à Saint-Symphorien. Les trois anciens Stéphanois prenaient part aux actions d’un début de rencontre électrique. Les deux premiers cités étaient victimes de tacles à retardement d’Oussama Tannane, qui écopait de deux cartons jaunes synonymes d’expulsion (36e). Juste avant, Mevlüt Erding pensait ouvrir le score d’une tête réflexe après une demi-volée puissante de Benoît Assou-Ekotto, mais le Turc était signalé -à juste titre- en position de hors-jeu (15e). L’ancien buteur des Verts ratait une grosse opportunité avant la pause, ne cadrant pas sa reprise sur un centre en retrait de N’Guette (43e).

Côté stéphanois, la qualité de passe de Jordan Veretout était un vrai détonateur pour l’animation offensive, même si « KTC » ne pouvait conclure (26e) et que Henri Saivet ratait sa tête sur un coup-franc millimétré du joueur prêté par Aston Villa (22e). Positionnés en 4-3-2 après le carton rouge d’Oussama Tannane, les Verts devaient s’en remettre à leurs qualités de combattants pour contrer un FC Metz décidé à profiter de sa supériorité numérique. Nolan Roux était chargé de perturber la relance adverse, alors que les trois hommes du milieu étaient rejoints par Arnaud Nordin afin de consolider le premier rideau défensif. Loïc Perrin, capitaine exemplaire d'une équipe solidaire Comme face à Nantes il y a un peu plus d’un mois (0-0), on craignait que le temps ne soit trop long pour des Verts réduits à dix très tôt dans la partie. Pourtant, même en grand besoin de points, le FC Metz ne parvenait à déverrouiller le coffre-fort stéphanois, gardé par un excellent Loïc Perrin, auteur d’un récital en défense centrale. Placement, relance, duels au sol ou en l’air : le capitaine montait la garde face à des Messins uniquement dangereux sur coup-franc par l’intermédiaire de Lejeune (49e) et Falette (90e). Ce dernier était encore gêné par... Capitaine Perrin, pourtant à terre quelques secondes plus tôt. Le numéro 24 aurait pu couronner son après-midi d’un but après s’être jeté sur un ballon dévié par Roux et sauvé sur sa ligne par Balliu (58e).

Le défenseur catalan sortait in extremis une opportunité franche pour les Verts, déjà dangereux un peu plus tôt sur un mouvement initié par Henri Saivet et poursuivi par un centre de Cheikh M’Bengue qui ne pouvait trouver Nolan Roux face au but (52e). Réduits à dix pendant presque une heure, les Stéphanois ne passaient pas loin d’un joli coup mais engrangeaient tout de même un point. Une performance au vu du scénario de la rencontre.

Ligue 1
12e journée
Au stade Saint-Symphorien de Metz, 16204 spectateurs
FC Metz 0–0 ASSE

Arbitre : Bartolomeu Varela

Avertissements : Cohade (8e), Mandjeck (45e+2) pour le FC Metz ; M’Bengue (9e), Tannane (35e) pour l’ASSE

Expulsion : Tannane (36e, deuxième carton jaune) pour l’ASSE

FC Metz : Didillon – Assou-Ekotto, Milan, Falette, Balliu – Lejeune (C) (puis Jouffre, 73e), Mandjek – Nguette, Cohade, Diallo – Erding (puis Sarr, 69e). Entraîneur : Philippe Hinschberger

ASSE : Ruffier – M’Bengue, Perrin (C), Lacroix, Théophile-Catherine – Pajot (puis Dabo, 86e), Saivet (puis Monnet-Paquet, 63e), Veretout – Nordin (puis Söderlund, 69e), Roux, Tannane. Entreîneur : Christophe Galtier

 

Retour à l'accueil