Christophe Galtier: «Je veux un engagement total»


Le technicien stéphanois entend donner un élan offensif plus percutant à son équipe. Avant de recevoir Qäbälä, pour la première des deux confrontations face aux Azéris, il souligne également les qualités d’un adversaire qui évoluera sans pression, ce jeudi, dans le Chaudron (21h05).


19 oct. 2016

Cette premier rencontre face à Qäbälä est-elle décisive ?


L’année dernière, à la même époque, nous avions un point de moins. La double confrontation face au Dnipro, lors de laquelle nous avions su prendre six points, nous avait permis de viser la qualification. C’est un match important, mais pas décisif. J’ai dit à mes joueurs et le leur répéterai : il faut faire abstraction du fait que nous pouvons nous rattraper après ce match. Il faudra attaquer, et bien attaquer. Je veux un engagement total de mes hommes dans tous les secteurs. Nous sommes revenus en images sur le match face à Dijon afin de créer un élan offensif et avoir plus de justesse à l’approche des seize mètres adverses.

L’équipe a du mal à parvenir à marquer en première période. Est-ce un fait auquel vos joueurs pensent ?


Je ne sais si eux y pensent, mais moi, oui. Nous cherchons les raisons, à modifier les choses. Cela donne des matches où nous sommes allés chercher beaucoup d’énergie pour prendre des points. Il faudrait démarrer les matches comme nous les finissons. Dans le cœur du jeu, nous pouvons faire mieux, beaucoup mieux que dimanche. Le match de Dijon est désormais passé. Un autre de coupe d’Europe arrive et il est important pour mes joueurs et pour moi. Nous nous devons de prendre des points rapidement et, peut-être, d’éliminer un adversaire direct.

Comment jugez-vous Qäbälä, l’adversaire de ce jeudi ?


Dans cette compétition, Qäbälä n’a aucune pression. C’est une équipe qui a su en éliminer d’autres au vécu européen, comme Maribor ou le LOSC. C’est une équipe rusée, qui vous laisse croire que les choses ne vont pas être compliquées mais qui peut vous mettre en difficulté sur un ou deux coups.

Vous serez suspendu ce jeudi. Comment allez-vous vivre cette rencontre ?


Dès que nous arriverons au stade, je ne pourrai plus avoir de contact avec mes joueurs et mon staff. En fait, je ne pourrai plus bosser. C'est René Lobello (entraîneur adjoint) qui prendra le relais. Moi,.je devrai m'installer à une place bien précise attribuée par l'UEFA. Mais j'ai totalement confiance en mon staff. Ensemble, nous avons déjà envisagé tous les secnarios possibles. Et puis, René connaît très bien le poste d'entraîneur principal puisqu'il a déjà été numéro un à l'étranger.

Retour à l'accueil